L’ancien joueur de Mouscron a mis le foot entre parenthèses pour soigner sa famille

FOOTBALL BAUDOUR Nous l’avions perdu de vue et pour cause ! Paco Sanchez, le sympathique Baudourois connu à Mouscron puis à Dender, est aujourd’hui sans club. Parti en 2010 à Dudelange où il eut l’honneur de disputer deux tours préliminaires de Ligue des Champions, le Belgo-Espagnol accorde aujourd’hui un maximum de temps à une famille qui a vu arriver en juillet un petit Hierro.

Toujours aussi passionné, le milieu de terrain de 26 ans n’a pas définitivement tourné le dos au ballon rond : “J’ai fait le choix de revenir à la maison pour le bien de ma famille, pour que mon fils grandisse au milieu de ses cousins comme j’ai eu la chance de le faire. Je ne me la coule pas douce pour autant. Avec l’aide d’un préparateur physique, je m’entraîne à raison de quatre séances par semaine afin de garder la forme. Aussi bizarre que cela puisse paraître, malgré mon inactivité depuis maintenant six mois, j’ai déjà entre les mains des propositions pour la fin de la saison. Cela fait plaisir de savoir que l’on n’a pas été oublié.”

Dans un proche avenir , le Hennuyer pourrait même ajouter une corde à son arc. Fortement apprécié dans la région, il a été contacté par Pellegrino Di Zenzo afin de reprendre en main le centre de formation du Standard à Saint-Ghislain. Tout en reprenant la compétition : “En D1, cela me paraît difficile. Mais j’aimerais trouver un club en D2, voire en D3 si le projet en vaut la peine. Je pourrais également repartir à l’étranger, où j’entrevois quelques possibilités intéressantes. Dans ma situation, je ne pourrai pas être gourmand.”

Paco, qui a tout de même près de 125 matches de D1 dans les jambes, pourrait regretter d’avoir un jour opté pour Dender. Il n’en est rien : “Tout le monde me dit cela mais six mois après mon départ, Mouscron était déclaré en faillite. Je n’ai simplement pas eu de chance. Si Dender n’était pas descendu un an et demi après mon arrivée, je serais peut-être encore en D1. Je n’ai pas de regrets pour autant car j’ai le sentiment d’avoir toujours eu l’attitude adéquate.”

Ce qui devrait lui permettre de retrouver d’autant plus facilement de l’embauche…

Kevin Centorame

Sanchez, ici sous le maillot de Dender en 2008, n’a pas tourné le dos au ballon rond. photo news