Bruxelles

La liste Ecolo-Groen est tirée par Benoît Hellings et poussée par le député bruxellois Bruno De Lille.

Emmenés par Benoît Hellings et Zoubida Jellab, les Verts souhaitent sortir en tête du scrutin communal d'octobre à la Ville de Bruxelles pour pouvoir modifier le cap du paquebot que constitue la commune centrale de la capitale, ont-ils indiqué vendredi midi. L'actuel conseiller communal Bart Dhondt, la conseillère Liesbeth Temmerman et le secrétaire de la régionale Ecolo Arnaud Pinxteren occuperont les premières loges suivantes. Le député bruxellois Groen Bruno De Lille poussera la liste depuis la 49ème place. A la 19e place figurera Vincent Flibustier, animateur du site parodique Nordpresse. "Nous voulons une Ville qui respire et qui inspire", a commenté Benoît Hellings, à l'occasion de la présentation des trente noms déjà désignés de la liste ainsi que des principaux axes du programme élaboré par les Verts pour rivaliser avec l'axe PS-MR de la majorité actuelle, et si possible accéder au maïorat.

Aux yeux des écologistes, celle-ci a échoué dans de grands dossiers tels que le piétonnier, le stade national et le Cirque royal parce qu'elle les a gérés prioritairement avec les promoteurs et non avec les habitants.

Les Verts veulent faire de Bruxelles une ville plus verte qui respire mieux qu'aujourd'hui. Ils proposent d'investir 9 millions d'euros dans les infrastructures cyclistes et dans la sécurité routière. Ils veulent planter 2.000 arbres et installer 4.000 places de parking à vélo.

Ecolo et Groen défendront le projet d'une Ville plus attentive à sa jeunesse confrontée pour partie au radicalisme et au chômage. Cette commune dispose pour ce faire de deux outils consistants pour agir en sa faveur: un réseau scolaire significatif et des maisons de jeunes.

Ils entendent encore faire valoir leur expertise en matière de bonne gouvernance et pour associer davantage qu'aujourd'hui, les habitant(e)s au projet urbain.

Ils militeront durant la campagne pour la création de conseils de citoyens tirés au sort, pour chaque quartier. Ils proposent de réserver un budget d'1 million d'euros par an pour financer leurs projets citoyens. Selon eux, la Ville peut aussi utiliser les outils numériques pour permettre aux habitants de déposer des propositions concrètes de projets, donner leur avis sur les plans en cours d'élaboration et lancer des alertes.