Bruxelles Le nouveau coach du RWDM se définit comme un homme qui aime les challenges.

La direction du RWDM n’a pas mis longtemps à trouver un successeur à Christian Rits. Quatre jours après la démission de son entraîneur, le club molenbeekois a jeté son dévolu sur Drazen Brncic, que l’on avait bien connu du côté de l’Union.

Également passé par Verviers, le Patron Eisden et Seraing, il dispose d’une solide expérience du haut niveau mais est également réputé pour être un fin tacticien et un entraîneur qui attache beaucoup d’attention à la discipline dans son groupe. "Dès lundi soir, j’ai rencontré Drazen. Il m’a suffi de trois heures de discussion pour comprendre pourquoi tous ceux qui m’avaient parlé de lui m’en avaient dit tant de bien", affirme Thierry Dailly

Drazen Brncic n’a d’ailleurs pas hésité une seconde lorsque le RWDM s’est manifesté. "Pourquoi j’ai accepté ? Parce que c’est le RWDM, un club mythique, un club avec une histoire et j’aime ça. Je sais ce que représente le RWDM à Bruxelles et je n’ai pas hésité quand ils m’ont appelé", affirme le nouveau coach molenbeekois.

Drazen Brncic est également un homme de défis. "J’aime le foot et j’aime entraîner là où il y a des ambitions. Le club veut absolument monter, il y a une obligation du résultat et c’est un challenge comme ça que je voulais. Je n’ai pas peur de la pression, au contraire, c’est ce qui me motive, ce qui provoque le plus d’émotions."

Le RWDM et son histoire, Brncic la connaît très bien. "J’ai joué contre le RWDM il y a 20 ans. Je me rappelle ce que représentaient leurs derbies avec Anderlecht. C’est un club qui vibre, où il y a beaucoup de monde dans les tribunes. J’espère pouvoir écrire un petit bout de l’histoire de ce magnifique club. Je veux l’emmener plus haut."

Et c’est bien ça sa mission : accéder à la D2 amateurs via le titre. "Le club a un objectif, il s’est donné les moyens de l’atteindre et les joueurs le savent. Il y a assez d’expérience dans ce groupe pour vivre avec cette pression."

Il retrouvera d’ailleurs quelques connaissances. "Je connais des joueurs comme Somé, Liard, Brouckaert, Maeyens ou Cabeke, qui était mon capitaine à l’Union. Les autres, je vais apprendre à les connaître."