Bruxelles
L'installation a été financée par des tiers-investisseurs.

Pour les logements de l'immeuble Vendôme, à Molenbeek, il devenait urgent de remplacer les installations de la chaufferie. Dans ce bâtiment datant des années 70, à la veille de l'hiver on s'inquiétait que cette installation vétuste ne tienne pas le coup mais la copropriété ne disposait pas des fonds propres pour remplacer complètement les chaudières. En effet, des travaux devaient être réalisés à hauteur d'environ 400.000€ pour placer des nouvelles chaudières à gaz et une unité de cogénération permettant la production combinée d'électricité et de chaleur.

Pour effectuer les travaux, la copropriété a décidé d'utiliser un moyen de financement se basant notamment sur des tiers-investisseurs. Autrement dit, sur des investissements de particuliers dans la coopérative citoyenne Energiris et sa fililale Easycogen. Cela permettait au propriétaires de garder leurs fonds propres pour les investir dans d'autres travaux (notamment de structure).

Financé par des tiers-investisseurs et par un prêt

Concrètement, les copropriétaires ont fait appel à Energiris, une coopérative qui utilise le financement citoyen pour l'investir dans des projets favorisant la transition énergétique. N'importe qui peut acheter une part de minimum 250€. Cet argent est utilisé par Energiris comme capital de base pour un prêt demandé par sa filiale Easycogen auprès d'une banque afin de financer l'installation des chaudières.

Dans ce cas-ci, Energiris a utilisé 140.000€ de ce financement citoyen, soit 35% du montant total des travaux. Le reste a été prêté par une banque à Easycogen, le prestataire de service qui s'occupe de faire les travaux.

Pour Quentin De Crombrugghe, administrateur d'Energiris, il s'agit d'un win-win. En effet, la copropriété n'a pas dû débourser un cent (sauf les propriétaires qui ont décidé de placer leurs sous dans la coopérative Energiris) et bénéficiera à terme d'une réduction de 25% de sa facture énergétique.

"Aider les propriétaires, c’est aussi les aider à faire face aux défis énergétiques et à baisser les coûts parfois très élevés qui existent dans une copropriété. Pour la commune de Molenbeek, il était important de démontrer que des solutions innovantes pour faire réduire la facture énergétique peuvent se concrétiser même quand la copropriété ne dispose que de fonds propres faibles", explique Karim Majoros (Ecolo), échevin du Logement.

En ce qui concerne Easycogen, qui a contracté le prêt pour réaliser les travaux, elle se remboursera essentiellement par la vente des certificats verts octroyés par la Région bruxelloise pour la production combinée d'énergie et de chaleur par cogénération. La filiale tire aussi son revenu de l'économie d'énergie réalisée par les nouvelles installations.

Quant à Energiris, qui existe depuis quatre ans, elle a pu dégager un dividende de 3% ces trois dernières années.

Pour faire plus simple: "Imaginons que les copropriétaire payaient 80 pour leurs installations. L'économie qu'ils en tirent représente 20. Mais pour rembourser le prêt, ils payeront par exemple 70 pendant un certain temps. Ils profitent ainsi quand même d'une réduction de leur facture directement. Et quand tout sera payé, l'installation deviendra officiellement leur propriété et ils ne payeront plus que 60", tente de simplifier Quentin De Crombrugghe.

Energiris

À l'heure actuelle, la coopérative citoyenne Energiris compte 500 coopérateurs et a déjà investi environ 1,2 million dans ce genre de projets qui représentaient en tout 4 millions d'euros. Parmi eux, citons notamment des installations photovoltaïques, des unités de cogénération ou encore des chaufferies performantes. Des projets similaires sont en cours à Woluwe-Saint-Pierre et à Jette.