Namur La Province a accepté beaucoup pour éviter un recours qui pourrait annuler le permis

Les riverains ont annoncé leur intention d’introduire un recours contre le permis accordé fin juillet au projet de maison administrative provinciale à Salzinnes. Voilà qui fait frémir la Province : elle a accepté la condition sine qua non de la Ville afin d’éviter un recours suspensif, elle ne souhaite pas risquer un recours des riverains. Il ne bloquerait pas le projet, mais il pourrait annuler le permis alors que le chantier serait en cours !

"Nous avons toujours privilégié le dialogue avec les habitants du quartier et le comité Salzinnes demain", rappelle le député président Jean-Marc Van Espen qui rappelle l’étude de mobilité et les efforts que la province a consentis devant leurs inquiétudes : télétravail, horaires flexibles...

L’engagement décisif qui pourrait dissuader les riverains de s’engager dans un recours, c’est que la province a garanti de manière formelle qu’elle prendrait en charge la voirie vers la rue Woitrin afin que la totalité du trafic des fonctionnaires de la MAP ne transite pas par le carrefour avec la rue de l’Abbaye.

"Nous sommes en discussions très avancées avec Infrabel et la SNCB. Qu’il s’agisse d’un passage à niveau ou d’un tunnel à deux voies de 2,5 mètres de haut sous les rails, nous en assumerons le coût", assure Jean-Marc Van Espen.

"Il est assez inédit que les promoteurs d’un projet acceptent de négocier alors même qu’ils ont obtenu le permis", souligne le bourgmestre Maxime Prévot, aussi reconnaissant que l’échevine de la Mobilité qui ne regarde pas à la dépense lorsqu’il s’agit d’imposer des charges d’urbanisme pour améliorer le quotidien des Namurois.

Le coût supplémentaire pour l’institution provinciale pourrait aller jusqu’à 1 million d’euros (même si elle refuse d’avancer un montant tel que la Région l’a jugé disproportionné) que la Ville n’a pas accepté de partager.

Devant un tel effort, la Province l’aurait saumâtre de risquer que son grand projet près d’aboutir soit mis en péril par un recours citoyen.