Tournai-Ath-Mouscron

Depuis ben longtemps, le Calvaire du cimetière du Centre était encerclé de barrière métallique. Et pour cause, la sécurité des visiteurs n’était plus assurée à proximité de ce lieu historique. Effectivement, les murs, et les toitures surtout, ne tenaient plus très bien et des morceaux de pierre étaient déjà tombés.

Pour éviter un drame et pour coller à une circulaire ministérielle, le Calvaire du plus grand cimetière de la cité des Hurlus, sera donc remplacé par un espace de recueillement multiphilosophique. Les travaux de démolition ont donc débuté ce lundi et devraient être terminés dans le courant de la semaine, avant de laisser place au chantier de reconstruction.

"C’est un projet qui était en préparation depuis quelque temps. Au départ, nous avions pensé à le faire par l’intermédiaire des services de la ville. Mais nous n’avions pas les moyens adéquats et nous avons donc opté pour l’emploi d’une société extérieure. Une fois que la démolition sera terminée, le terrain sera donc propice à la construction d’un lieu de culte qui soit respectueux de toutes les cultures et de toutes les religions", commente Ann Cloet, échevine en charge des Cultes.

Pour cette dernière, il s‘agit d’un projet important qui en amènera peut-être d’autres.

"Je peux certifier qu’il s’agît d’un beau projet. Il faut un lieu de recueillement laïque dans chaque ville. Cela nous permettra donc d’avoir le nôtre. Mais, dans le futur et en fonction des moyens financiers et d’autres paramètres, nous pourrions renouveler l’expérience. Évidemment, il ne pourrait pas y avoir des projets de la même ampleur et d’un autre côté, cela ne pourrait pas être de toutes petites structures. Nous gardons donc cela à l’esprit pour le futur".

Différents projets ont fleuri au sein des cimetière

Si le cimetière du centre bénéficiera bientôt d’un nouvel espace de recueillement, les différents sites mouscronnois ne sont pas en reste pour autant. Effectivement, depuis bien longtemps, différents projets ont fleuri au sein des cimetières de la cité des Hurlus.

"Il y a le projet de cimetière vert au Risquons-Tout. C’est un projet qui me tient à cœur, mais qui prend du temps à mettre en place puisqu’on ne peut pas faire tout et n’importe quoi. Et pour cause, il faut toujours permettre un accès. À côté de cela, il y a également des cimetières qui accueillent des ruches ou même de l’éco-patûrage", explique Ann Cloet (cdH), échevine en charge des Cultes.

Ces projets, dans leur ensemble, font partie du plan de gestion différenciée qu’a adoptée Mouscron.