Cyclisme Kevin Van Melsen a tourné la page de sa non-sélection pour le Tour de France.

Les Wanty-Groupe Gobert ont beaucoup fait parler d’eux, ces dernières semaines, pour leur découverte réussie du Tour de France. Une Grande Boucle à laquelle rêvait de participer Kevin Van Melsen. Le Liégeois estimait mériter sa place dans la sélection des neuf qui ont disputé la course au maillot jaune. Mais il n’a pas été repris pour la plus grande épreuve du monde.

Depuis, il a tourné la page. Et il a repris la compétition sur les courses wallonnes. Avec le Cerami et le Tour de Wallonie. Où il a retrouvé sa place habituelle : en tête de peloton, pour contrôler les échappées. Ou en attaquant lui-même, comme il l’a fait mardi, sur l’étape Bruxelles-Profondeville, lors de laquelle il a reçu le prix de la combativité.

"Il s’agissait de deux courses de reprise pour moi, il m’a donc fallu un petit temps d’adaptation au début, comme je manquais logiquement de rythme, mais cela allait de mieux en mieux au fil des jours", explique-t-il.

"C’est de bon augure pour la suite de la saison, qui passera notamment par l’Arctic Race of Norway. Ici, cela m’a fait plaisir de refaire la course à l’avant, d’attaquer, d’apporter de la publicité à l’équipe, comme l’épreuve était télévisée. Mais aussi de faire du bon boulot lors des autres étapes."

Un travail de l’ombre qu’il effectue sans arrière-pensée. "J’ai tourné la page de ma déception par rapport au Tour de France, je regarde vers la suite de la saison", continue l’ancien champion de Belgique des juniors.

"J’ai tourné la page, mais je n’ai pas oublié. Car cela reste la plus grosse déception de ma carrière de ne pas avoir été sélectionné. Mais il faut passer à autre chose, ne pas rester sur du négatif, être positif pour la suite. Je suis toujours motivé par mon travail, et je reste dévoué pour les autres. Ce n’est pas cette déception qui va me motiver plus que d’habitude : je reste fidèle à moi-même, au service du collectif."