Football Victime de cris de singe et d’insultes racistes, à Bastia, Mario Balotelli s’est insurgé. "C’est une vraie honte…"

Les rencontres entre Bastia et Nice font souvent parler d’elles. Mais rarement au niveau sportif. En 2014, l’Allianz Riviera avait été envahie par plusieurs supporters après que Jean-Louis Leca ait brandi le drapeau corse. Et lors du premier tour, l’usage d’engins pyrotechniques et des jets d’objets avaient valu un huis clos partiel au Gym.

Le match de vendredi soir s’est inscrit dans la même lignée. Ce n’est pas le partage entre les deux formations (1-1), ni même le bus niçois caillaissé, qui ont retenu l’attention, mais le comportement des supporters bastiais dans les tribunes. En imitant des cris de singes et en proférant des chants racistes à l’encontre de Mario Balotelli (comme les images de Bein Sports l’ont prouvé), les fans corses ont franchi la ligne rouge. Ce qui a complètement dégoûté l’attaquant italien, qui a réagi sur les réseaux sociaux.

"Le match contre Bastia a été bon. L’arbitre aussi", a commencé Super Mario, avant de changer de ton. "Mais j’ai une question pour les Français. Est-il normal que les supporters de Bastia fassent des cris de singe pendant le match et que personne ne dise rien ? Le racisme est-il légal en France ? Ou seulement à Bastia ? Le football est un sport formidable. Mais les gens comme les supporters de Bastia le rendent horrible. C’est une vraie honte."

Des propos qui laissent peu de place à l’interprétation. "Mario était très touché après le match", a confirmé son équipier Alassane Pléa, dans Téléfoot. "On a entendu des cris pendant l’échauffement. Durant le match aussi. Mario s’est fait insulter toute la partie. C’est désolant."

Une vision des choses partagées par la Ligue française. "La LFP a pris connaissance des images montrant quelques supporters bastiais proférer des insultes racistes à l’encontre de Balotelli et condamne ces actes avec la plus grande fermeté. Les auteurs de ces agissements n’ont rien à faire dans un stade de football. Les images seront transmises à la Commission de discipline qui ouvrira, dès jeudi, le dossier des incidents de la rencontre."

En attendant, le club de Bastia, qui a fait part de sa "stupéfaction", a annoncé qu’il serait "à l’entière disposition des instances afin que la lumière soit faite sur ce type de comportements par nature stupides et inacceptables".