Il a été modifié par voie génétique. A quand les éléphants roses?

BRUXELLES Décidément, on aura tout vu. Après la brebis clonée ou la souris avec une oreille greffée dans le dos, voici Alba, le lapin vert fluo. Alba est en fait une lapine albinos modifiée génétiquement qui devient fluorescente lorsqu'on la soumet à un éclairage ultraviolet. Elle a vu le jour le 29 avril dernier, à Jouy-en- Josas, en France. Et elle est aujourd'hui présentée comme une oeuvre d'art vivante par son propriétaire, un professeur d'art et de technologie de Chicago.

Eduardo Kac, qui se présente lui-même sur son site Internet (*) comme un `artiste transgénique´, explique qu'il entend créer des êtres vivants uniques à des fins artistiques. Il a ainsi présenté récemment sa création à Avignon. Il se dit notamment intéressé par le débat de société que son initiative peut soulever.

De ce point de vue, c'est réussi: la polémique fait rage. Non seulement Eduardo Kac s'est mis à dos les associations de défense des animaux (il affirme pourtant que l'animal ne souffre pas et qu'il s'en occupe comme s'il s'agissait d'un membre de sa famille), mais le monde scientifique en a également après lui. Car ce n'est bien sûr pas notre artiste qui a créé le lapin fluo. L'animal a, en fait, été conçu à des fins purement scientifiques par des chercheurs français de l'Institut national de la recherche agronomique (Inra). L'Institut avait confié Alba à Eduardo Kac pour étayer un débat sur les rapports entre sciences et art. Mais, précise-t-on à l'Inra, il n'était pas question de le lui laisser! `Je ne veux plus entendre parler de cette histoire de lapin vert´, s'indigne ainsi Louis-Marie Houdebine, un des papas d' Alba. `Cet animal n'est pas une fantaisie de chercheur fou. Il est le descendant d'animaux transgéniques primaires. Nous possédons en ce moment sept ou huit animaux de ce type, destinés à des études sur le développement embryonnaire.´

De fait, Alba est un lapin blanc tout ce qu'il y a de normal à la lumière du jour. S'il devient vert lorsqu'il est illuminé aux ultraviolets, c'est parce qu'on a introduit dans son génome un gène codant pour une protéine fluorescente présente à l'état naturel chez certaines méduses. Eduardo Kac ne semble, en tout cas, pas vouloir s'arrêter en si bon chemin, même s'il prétend agir dans le respect et l'amour des êtres créés. Ainsi, sur son site, on peut voir déjà une photo d'un chien vert. Et, pourquoi pas, tant qu'on y est, un éléphant rose?

(*) www.ekac.org

Mystère de la taupe jaune