Immobilier

Nos compatriotes n’ont jamais été aussi jeunes pour acheter leur premier logement. Telle est la conclusion d'une enquête réalisée à grande échelle auprès de 8 650 Belges [1] .

Les Belges ont une brique dans le ventre et le phénomène n’est pas près de s’arrêter ! En effet, on n’a jamais été aussi jeunes, en Belgique, pour acheter son premier bien et y emménager. Un pas qu’ils franchissent sans problème, même s’il y a quand même plusieurs démarches à ne pas oublier avant d’emménager.

La génération Y / millennials (24-38 ans) a en moyenne moins de 27 ans lors de l’achat de son premier logement. En effet, 6 jeunes sur 10 – 58 % plus précisément - deviennent propriétaires de leur propre maison ou appartement avant 27 ans. La génération X (39-56 ans) avait, en comparaison, 29 ans en moyenne lors de l’achat de son premier bien [2] . La génération des baby-boomers (52 à 72 ans) a même attendu en moyenne jusqu’à 30 ans.

Le jeune reste chez papa/maman jusqu’à 23 ans

Même s'il a tendance à acheter une maison plus rapidement, le jeune Belge ne quitte pas pour autant le nid familial plus tôt. En moyenne, il décide de quitter ses parents à 23 ans.

Valentin Cogels, CEO d’Immoweb [3] : « Emprunter de l’argent coûte moins cher qu’avant, ce qui permet l’achat d'une habitation beaucoup plus rapidement. Mais les modèles sociaux ont également changé : nous n’attendons plus d’être mariés pour cohabiter. Et étant donné que nous faisons des enfants plus tard, nous possédons plus d’argent pour l’achat d’une maison. »

Qui paie ?

© Engie

Il ressort aussi de l’enquête que les jeunes acheteurs comptent plus que jamais sur les banques pour le financement de leur premier achat. Plus ils sont jeunes, moins ils disposent d’économies et plus ils empruntent. Les maisons de la génération X sont en moyenne payées par un emprunt à hauteur de 65% contre 77% chez les millennials. Ces derniers payent 15% de leur poche et la famille apporte encore un soutien financier à hauteur de 7% en moyenne.

Autre tendance notable, les plus jeunes générations n’attendent pas d'avoir des enfants pour acheter, contrairement aux générations plus anciennes.

Auparavant, les choses étaient différentes : en moyenne, 31% des acheteurs de la génération X avaient déjà des enfants lors de leur premier achat contre la moitié des baby-boomers.

Quel type de bien ?

Sans grande surprise, les jeunes se dirigent davantage vers un appartement ou une maison unifamiliale lorsqu’ils acquièrent leur premier bien. Ils achètent plus jeunes qu'avant, mais ne restent pas toute leur vie dans leur première habitation. Si la tendance actuelle est au logement « clé sur porte », les jeunes, eux, optent pour la rénovation. Si c’est votre cas, voici les 8 règles d’or pour rénover son bien sans accros.

Pour alléger la facture, les jeunes propriétaires tiennent compte aussi des aides et primes énergie et à la rénovation afin de minimiser leurs frais.

Autre possibilité pour soulager la charge financière de l’emprunt : la location d’une partie de la maison à un tiers avant que leurs finances ne leur permettent de l’occuper entièrement.

L’aspect énergétique

© Engie

Les jeunes sont beaucoup plus conscients que les générations passées de l’impact économique et écologique de leur habitation. Ils accordent d’ailleurs une attention toute particulière aux performances énergétiques d’un bien. Les maisons basse énergie ou constructions Q-Zen (quasi neutre en énergie) sont d’ailleurs monnaie courante chez les jeunes acheteurs.

Ils choisissent leur contrat d’énergie avec soin afin d’alléger, autant que faire se peut, leurs charges mensuelles.

Certains fournisseurs ont concocté des contrats spécifiquement conçus pour leur faciliter la vie, et leur permettre d’avoir le parfait contrôle de leurs dépenses. C’est notamment le cas de UP, l’offre tout compris d’ENGIE. UP permet, en effet, d’avoir le contrôle total sur les consommations d’énergie et d’eau. De plus, il permet, en cas de fuite, d’appareil défectueux ou de panne de chaudière, d’être dépanné, 7j/7, 24h/24. Les consommations anormales et les fuites sont en outre détectées automatiquement. Et comme les jeunes ont grandi avec leur Smartphone, ils commandent leur thermostat via une app et sont alertés s’il y a un souci à la maison. Du sur mesure pour la génération Y !

Saviez-vous, par exemple, qu’un robinet qui fuit peut coûter jusqu’à 115 € par an ? Ce chiffre passe à 750€ pour une chasse défectueuse ! Et comme vous le verrez ici d’autres petits pépins peuvent alourdir la facture d’eau et d’énergie. Des frais inutiles dans le budget d’un ménage dont on se passerait bien quand on s’installe dans son chez soi.


[1] Enquête réalisée par le site immobilier Immoweb.

[2] N'oublions cependant pas que l'enquête a été réalisée sur un site immobilier. Bien que le nombre de participants soit conséquent, une enquête sur un site non lié à l'immobilier aurait peut-être été plus représentatif de la réalité.

[3] Sources : www.rtbf.be