Des bagues de fiançailles fabriquées avec des attaches poubelle, une longue lettre d’amour écrite d’une main un peu malhabile mais avec un coeur passionné, un squelette qui fait office de sapin de Noël, du brol, plein, partout, des cartes postales, des photos, des souvenirs qui rappellent à jamais des soirées mémorables, une immense table qui prend presque toute la place du living… C’est là, dans un chalet au camping, à une trentaine de kilomètres au nord de Bruxelles, que vivent Nicole et Blieke depuis quelque 20 années. Il y a les voisins et amis, les cafés à deux pas, le petit supermarché : tout pour vivre en autarcie, passer le temps en parlant et en rigolant ensemble, lever le coude plus qu’à son tour, et vieillir loin des regards, loin de la ville.

Un soir de décembre, Katherine Longly s’y balade justement dans ce camping. La photographe adore ces lieux de vie (elle a déjà fait une expo sur les campings de la Côte et les subterfuges des campeurs pour échapper au regard des autres!). Cette année-là, elle s'interroge sur les décorations lumineuses de Noël qui peuvent aller loin, très loin ! Devant ce chalet, elle s’arrête, son appareil à l’oeil, quand un homme en sort et l’alpague. « C’était Blieke qui voulait savoir ce que je faisais là. Alors que j’explique en m’excusant, il me dit : viens plutôt boire une bière avec nous. Et c’était le début de ce qui allait être mon livre photo ».

© Katherine Longly

Loin des décorations de Noël, la photographe qui est aussi anthropologue, découvre un couple au parcours marquant, avec qui va se construire une amitié profonde, authentique, une relation de partage et de témoignage d’une vie. Blieke et Nicole, farceurs dans l’âme, fiers à bras et hauts en couleur vont lui fait vivre leur quotidien festif, foutraque, grande gueule au début et peu à peu conter « leurs blessures, leur fierté, les accidents de la vie qui a marqué leur chemin », raconte Katherine.

Les années passent, Katherine Longly qui ne peut évidemment pas être là tout le temps confie des appareils photos jetables (une des marques de fabrique de l'artiste qu'elle utilise dans chacun de ses projets photos) au duo qui se photographie l'un l'autre et immortalise surtout les anniversaires entre voisins, les fiestas où les rires et les bières vont bon train. La zwanze bruxelloise en plein.

Et soudain, tout semble basculer

© Katherine Longly

Peu à peu, la maladie va s’immiscer et avec elle la fragilité de la vieillesse, le couple se renferme. Mais toujours reste l’amour. « Cela se sentait tellement, ces deux-là vivaient une histoire d’amour comme rarement on en connaît ».

Dans « Hernie et Plume » (un titre clin d’oeil à l’humour de Blieke et Nicole), on pense entrer dans un livre qui aurait tous les codes du stéréotype « un couple de vieux au camping » avec clopes, canettes, napperons en dentelle et bibelots omniprésents. Mais c’est pour mieux questionner directement nos préjugés car l’histoire nous déroute : des articles de journaux apparaissent, sybillins, des photos de faits divers… En fait qui sont ces gens qu’on imaginait sans passé ? Quel est leur parcours pour être ce qu’ils sont maintenant ? Comment ont-ils fait pour garder l’un pour l’autre des trésors de tendresse alors qu’ils habitent dans une vingtaine de m² à l’année? Dans tous ses travaux, Katherine Longly aime questionner sans y toucher, aller au-delà du kitsch de surface, montrer toute l'humanité et les failles avec de l'émotion mais aussi de l'humour plein ses photos. Que ce soit sur les concours de plus gros mangeurs ou sur le rapport obsessionnel au poids au Japon dit "le pays de la minceur", ses précédents travaux.

Ici, au fil des pages tournées, les chapitres racontent l'histoire de Blieke (le blanc) et Nicole et à travers eux, la photographe-anthropologue aborde aussi la mobilité sociale, la vieillesse mais surtout la chaleur, l’amitié, la générosité, l’amour. Un livre qui donne envie au final de se pencher sur sa propre vie, ses relations : l'extraordinaire est partout et en chacun de nous aussi, c'est aussi un des fils rouges de la photographe.

De ces centaines de photos, l'artiste a construit un ouvrage fluide, en impliquant le couple dans sa réalisation. « Ils n’ont rien censuré parce qu’ils étaient fiers de ce qu’ils étaient : tout ça, c’était eux », se souvient Katherine.

« Hernie & Plume » va sortir en 750 exemplaires aux éditions The Eriskay Connection. Katherine Longly a lancé un kickstarter pour aider à la production du livre : on peut pré-commander un exemplaire jusqu’au 21 septembre. « Cela m’aide à moins avancer d’argent sur fonds propres mais de toutes façons, ce livre doit et va exister ! » sourit encore Katherine Longly. On peut découvrir le projet et participer ici

« Hernie & Plume » a également été sélectionné pour le programme tiff. du FoMu, le musée de la photo d’ Anvers qui chaque année met en lumière le travail de photographes prometteurs. Une exposition collective à voir à partir du 1er octobre et dans le magazine .tiff.

© Katherine Longly