C'est ce soir que la nouvelle Miss Belgique sera connue

Eddy Przyblyski

Miss Belgique: une fête du charme et un grand show télé

LONDERZEEL Lionel Ritchie fera partie du jury qui, ce soir, désignera la première Miss Belgique du siècle. Il chantera et dansera entouré des vingt finalistes.

Pour la Belgique, il n'existe pas beaucoup d'émissions aussi regardées que cette finale proposée, en parallèle, sur VTM et sur RTL-TVi. Etre présent, c'était une aubaine pour lui, dans le contexte de la promotion de son nouvel album. Pour les organisateurs de ce grand show télé doublé d'une fête du charme, c'est aussi une chance extraordinaire d'avoir un invité de ce calibre.

Elles sont donc vingt à rêver encore de cette couronne qui leur garantira, pendant un an, une existence de princesse. Huit d'entre elles proviennent des terres wallonnes, neuf des régions flamandes et les trois autres sont de Bruxelles. Dix d'entre elles arrivent nanties d'un titre de Miss de leur province, en plus de Julie Genbrugge qui est Miss Bruxelles.

Anecdote amusante, un des prix de chacune de ces Miss provinciales fut un bain-bulles. Et, en aparté, pendant le voyage au Bahreïn qu'elles ont fait en novembre, les lauréates ont souvent parlé de leur bain-bulles dont, en réalité, elles ne savent pas trop quoi faire
Les pronostics

Au cours de ce voyage, chacune y allait évidemment de ses pronostics. Et à ce jeu, la grande favorite paraît être Caroline Costermans qui pourrait, si elle gagne ce soir, devenir une Miss karatéka dans la mesure où, parmi d'autres sports, elle pratique celui-là. Elle fait aussi du ski nautique, de la planche à voile, du jogging et du fitness. Elle joue aussi du piano et fait partie d'une société d'archéologie. Elle est déjà Miss Diamant et, à ce titre, elle a accompagné des missions humanitaires au Kosovo. A 19 ans, Caroline est en deuxième candidature de droit et son objectif est de se spécialiser, plus tard, dans le droit fiscal. Et lorsqu'on lui demande si la place de favorite suppose une forte pression, elle répond: `Ma force, c'est de ne jamais me stresser. Je prends les choses comme elles viennent. Je n'espère pas trop. On verra!´

Caroline sait, en tout cas, qu'elle n'aura pas qu'à paraître pour gagner. D'autres filles feraient de merveilleuses Miss Belgique. Lynn De Merlier, 20 ans, de Vilvorde. Elle, elle est étudiante en langues romaines à la VUB, parle le néerlandais, le français, l'anglais, l'allemand et l'espagnol. Elle a fait trois ans de danse. Elle a gagné haut la main les trois concours auxquels elle a participé, mais: `Ici, le niveau est très élevé. En fait, je me suis inscrite sans ambition. Je ne m'attendais pas à me retrouver ici. Vous savez, moi, je n'avais jamais défilé en public, ni parlé dans un micro, ni, à plus forte raison, devant une caméra de télévision.´

Parmi les autres candidates à suivre, Inès Van Belle (un nom qui lui va bien), 22 ans, d'Anderlecht, qui fait les sciences commerciales à Erasme, qui a suivi des cours de diction, de théâtre et a fait partie d'un groupe de chant.

La Miss Bruxelles, Julie Genbrugge, 22 ans, blonde aux yeux quasiment transparents, a assurément aussi des chances. Elle étudie simultanément les langues et les subtilités du web. Elle a fait du piano et adore chanter.

D'un profil différent, la Miss Liège, Vanessa Noville, figure aussi parmi les favorites. Elle est mannequin depuis l'âge de 14 ans. Et elle fait les sciences politiques à l'Université de Liège. Autre nom à retenir: celui de Brunehilde Verhenne, 22 ans, d'Audenarde.

Et pourquoi pas la Vottemoise, Isabel Biondolillo, 21 ans, au physique très Brigitte Bardot des années 50? Danseuse, elle a fait partie du groupe Apy, un boys and girls band.

Les destins de ces filles sont décidément variés. Une des finalistes exerce un métier habituellement très masculin: peintre en bâtiment!

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be