A l'heure où les traiteurs et autres fleuristes s'arrachent les cheveux devant le nombre de mariages qui s'est réduit à peau de chagrin pour cause de coronavirus, RTL fait le pari de lancer la nouvelle saison de "Mariés au premier regard". Voilà qui ne manque pas d'ironie et qui fera sans doute rêver et/ou pester ceux qui attendent de se passer la bague au doigt depuis longtemps et pas pour les besoins d'un show télévisé... 
Parmi les centaines de candidatures qui sont arrivés au siège de la télévision privée, seules quinze ont été retenues. Que l'on a donc découvert samedi soir; tandis qu'en face, sur la chaîne concurrente et de service public, le  Capitaine Marleau enquêtait sur le meurtre d'une patineuse artistique avec, en guest, Sylvie Testud et Christophe Lambert. 
Choix cornélien? Que nenni puisqu'il nous a été demandé de suivre avec attention la présentation de ces coeurs d'artichauts qui n'attendent qu'une chose: trouver l'amour. Ou en tous cas y croire, puisque, pour rappel ou pour ceux qui découvrent le programme (étrangement qualifié de "documentaire" dans les argumentaires de la chaîne), les futurs époux se rencontrent pour la première fois devant le bourgmestre. Heureusement, les couples n'ont pas été formés au vogelpik - comme on dit à Bruxelles - mais sur base d'analyses scientifiques étayées par la psychologue clinicienne Estelle Dossin et par le docteur psychologie Pascal de Sutter.
Envoyez les violons, on commence par revoir les images d'un couple formé lors de la dernière saison et qui songe à fonder une famille. Avant de découvrir les visages de ceux qui vont franchir le pas cette année. Entre celle qui se dit persuadée que la science peut décider de l'amour, celle qui se demande "ce qu'elle a fait pour mériter tout ça" et les parents pas super chauds à l'idée que leur fille dise oui à un homme qu'elle ne connaissait pas trois jours plus tôt, tout ceci s'annonce croquignolet.
Petite parenthèse - sans doute d'une grande naiveté - on se demande toujours comment les "candidats" peuvent être surpris lorsqu'on leur annonce la nouvelle par téléphone. C'est sûr que si une équipe de télévision s'est installée dans leur salon, c'était peut-être pour y tourner une caméra cachée... Mais voici venir les premiers "couples".
© RTL

Delphine et Romain : 82%

Elle est agent immobilier et croit au conte de fée, il est gérant d'une poissonnerie et jure avoir un caractère très fort. Romain est déjà papa (c'est une nouveauté, les parents célibataires peuvent participer à l'émission), et a la larme facile. D'après le psy, la première chose qui les unit, c'est... la passion pour les sports du Sud. Pétanque et corrida, c'est sûr, ça rapproche. Et puis, tous les deux aiment faire la fête. Au fil des jours, à la demande de la production, ils se filment avec leur portable et racontent leurs moments d'euphorie et de doute.
Puis vient le moment où il faut donc annoncer la nouvelle à la famille. Sourires chez la future mariée, beaucoup moins d'enthousiasme chez la maman de Romain. Idem lors des essayages des vêtements pour la noce. Lui joue la sobriété (mais se trouve très élégant, dit-il) quand elle opte pour une robe bustier à paillettes que n'aurait pas renié une princesse Disney. Mais cessons là ces petites perfidies: les scientifiques l'ont dit: ils sont compatibles à 82%...  
A Grans - où sont prononcés les mariages -, les familles sont réunies et la climatisation... en panne. Manifestement. Ca joue de l'éventail, ça pipelette, ça s'observe. Et ça se traîne. Premier regard, premier sourire. Gros moment de gêne, pour eux, bien sûr, mais aussi pour nous, coincés de l'autre côté de l'écran. Cérémonie expédiée en trois phrases, deux "oui je le veux" et l'affaire est pliée. Ou plutôt, c'est ici que tout commence. 
© RTL

Sarah et...

Grande première dans "Mariés au premier regard", Sarah est compatible avec... deux hommes. "C'est déjà beaucoup", dit-elle. "Et puis, fois deux en plus", dit-elle. On cherche toujours le sens de cette profonde réflexion. "C'est trop d'émotion". Maman d'une petite fille, Sarah a 31 ans et est célibataire depuis trois ans. Bref, il est décidé que ce sera à elle de faire le choix: après avoir lu les lettres qu'ils lui ont adressée, elle les rencontrera "à l'aveugle", façon "Tournez manège" (et l'on ne peut s'empêcher d'avoir une pensée pour Les Inconnus).
Sylvain, d'abord. 33 ans, chauffeur. Un garçon calme qui gratte sa guitare et, le regard dans le flou, rêve au grand amour. Il est, lui aussi, papa de deux enfants qu'il a eus très jeune. L'autre, Rudy, 35 ans, contrôleur à la SNCF, est également compatible avec Sarah à 78%. Et également papa de deux garçons (de mamans différentes). 
Entre les deux, son coeur balance. L'heure tourne et, pour tout dire, il ne se passe pas grand-chose. Sarah hésite, on l'a bien compris, mais filmer une hésitation n'a rien de follement télégénique. Quant aux garçons, ils préparent leur rencontre avec Sarah chacun à leur manière. Dans une envolée lyrique, Rudy avoue qu'il a "envie de partager des choses à deux et plus tout seul". No comment. Et c'est sur cet incroyable cliffhanger que se referme ce premier numéro. Pour savoir lequel des deux a (déjà) conquis le coeur de Sarah, il faudra patienter jusqu'à la semaine prochaine.
Voilà, il est 23h20 et vous pouvez maintenant éteindre votre télévision et reprendre une activité normale. A cette heure-là, en l'occurrence, dormir. Enfin!
© RTL