La société nivelloise gère les biens des entreprises en faillite. Nous les avons rencontrés.

Il n’y a ni coups de marteau, ni salles de vente, ni l’effervescence qui va avec. Juste un ordinateur et quelques clics pour mettre aux enchères les objets provenant de faillites d’entreprises. Nous sommes dans les bureaux de clicpublic.be, dans le zoning de Nivelles. "Tout commence par l’appel des mandataires de justice ou des curateurs, nous explique David Mathy, manager opérationnel. On réalise un inventaire très précis et très détaillé avec un maximum de photos sur les actifs de l’entreprise. Ensuite, on met le tout aux enchères sur notre site clicpublic.be."

Sur le web, les internautes peuvent faire des enchères durant 15 jours. "À la fin, la vente est attribuée au meilleur acheteur, enchaîne Lorenzo Ceccarini, manager partner de la société. Le curateur reçoit ensuite un rapport détaillé des ventes. On joue la totale transparence car nous avons aussi un rôle sociétal." L’équipe aime rappeler que derrière chaque faillite se cache une histoire. "Nous recevons même des lettres de remerciements. Grâce à notre aide, certains peuvent enfin rembourser leurs dettes grâce aux bénéfices des ventes", poursuit David Mathy.

La société s’est récemment occupée des faillites du Château de Limelette, d’IdemPaper ou de la Grande Récré. "Concernant le Château de Limelette, nous avons dû procéder à la mise en vente des biens en plusieurs phases tellement le stock et l’audience étaient importantes, poursuit David Mathy. On a débuté par le matériel de cuisine et du bar puis des locaux techniques et des salles de conférence. La cave à vin s’est vendue par lots. La dernière phase consistait à vendre les 88 chambres."

Installée à Nivelles depuis février, la société emploie 10 collaborateurs et un réseau important d’indépendants. Unique société du genre en Wallonie, clicpublic.be a déjà vendu près de 30 000 actifs et géré 1 300 faillites. Et parmi elles, quand on leur demande quelle était la plus marquante, ils répondent : "La vente d’un million et demi de carte s postales à Louvain-la-Neuve. Et tout a été vendu !"