Bruxelles Mobilité

Le conseil communal de la Ville de Bruxelles a validé le plan régional Good Move mis à l'enquête publique le mois dernier.  L'échevin Bart Dhondt explique comment la capitale va mettre en oeuvre la zone 30 généralisée.

Pour l'échevin en charge de la Mobilité Bart Dhondt (Groen), ce plan Good Move correspond en tous points à la volonté de faire de Bruxelles une ville dotée d'un air pur, de rues plus sûres et de quartiers apaisés.

"La Ville de Bruxelles se positionne comme un partenaire privilégié de la Région pour l'exécution de cela car nous constatons que la vision de la Région bruxelloise est cohérente avec la nôtre", se réjouit l'Ecolo néerlandophone, qui rappelle que l'objectif de la Ville de Bruxelles est d'installer des zones 30 partout où c'est possible. "Notre volonté est d'élargir les zones 30 sur tout le territoire à l'exception de quelques axes très importants. Pour que cela fonctionne, il faut travailler sur la prévention, la répression, l'infrastructure et les plans de mobilité."

A ce titre, la Ville va installer 20 radars préventifs sur l'ensemble du territoire au printemps prochain. Un budget de 80 000 euros a été voté ce soir au conseil communal. Ces radars seront installés dans les rues où les excès de vitesse sont les plus nombreux, sur base des plaintes de riverains. "Nous installerons ensuite des radars répressifs en fonction des lieux les plus critiques sur base de l'analyse des radars préventifs." Au total, une dizaine de nouveaux radars préventifs seront installés à Bruxelles d'ici la fin de la législature.

En marge de ce volet prévention-répression, la Ville entend travailler le paquet sur les plans de circulation et les aménagements urbains. "Un des éléments clés pour mettre sur pied ces zones 30 passe par la mise en place de quartiers apaisé. Nous sommes en train d'élaborer le calendrier et le processus participatif. Une dizaine de quartier a été identifié. L'objectif est de limiter le trafic de transit dans ces quartiers. Une fois qu'on aura établi ces plans de circulation, il faudra les mettre en œuvre par des aménagements et la présence de coaches dans les quartiers pour expliquer aux commerçants, aux habitants, etc.", poursuit l'échevin qui souhaite s'inspirer du plan de circulation mis en place à Gand pour la capitale belge. "Nous avons visité la ville de Gand mardi dernier. Leur nouveau plan de circulation est un peu comparable avec ce que nous voulons faire à Bruxelles."

En matière d'aménagements, la Ville a déjà avancé, assure Bart Dhondt. "L'ancienne législature a mis les panneaux, à nous de finir le travail. Il reste beaucoup à faire mais, dans le Pentagone par exemple, nous travaillons rue des Colonies avec des marquages au sol, nous travaillons également sur Dansaert, Cantertesen, rue de Laeken, etc. De nombreuses rue du Pentagone sont à l'étude. Nous travaillons également sur les zones les plus accidentogènes, telles que la place Sainctelette en collaboration avec la Région ou quelques lieux dans l'hyper-centre-ville."