Liège: on a enterré Matî l’Ohê , les festivités du 15 août sont terminées

Fanfare et pleureuses étaient au rendez-vous pour les funérailles de Mathieu l’os.

J.-M. C.

Mardi, dès l’aube, une fois les rues d’Outremeuse nettoyées, est apparu sur les façades un bien étrange faire-part de décès : un certain Mathy l’Ohè serait décédé durant les festivités du 15 aoûté ! “La levée du corps aura lieu à 17 h au musée Tchantchès, où les visites sont attendues dès 16 h.”

Point d’inquiétude à avoir ! Il s’agit là de l’enterrement folklorique et burlesque de Mathy l’Ohè (Mathieu l’os en wallon). Cet os représente tout ce qu’il reste des agapes de la fête. Son enterrement marque donc la fin des festivités du 15 août. Pour s’y rendre : tenue endeuillée d’époque, peket et céleri sont de rigueur !

À partir de 16 h, la famille et proches du malheureux défunt sont donc venus lui rendre une dernière visite au musée. Dans la première salle est dressée une mortuaire bien réelle où repose Mathy dans son cercueil, accompagné de ses attributs : une bouteille de peket vide, botte de carottes et céleri. De nombreuses dames éplorées se réclamant être de la famille ont convergé de toutes les rues vers le musée.

La levée du corps a eu lieu à 17 h. Elle a été suivie d’un cortège funéraire dans les rues du quartier. Ce cortège accompagné d’une fanfare et composé évidemment de la dépouille de Mathy, des ministres de la République libre d’Outremeuse, du clergé, de pleureuses et de sympathisants, a rassemblé 6 000 personnes et a déambulé dans le quartier. La particularité de cette fanfare est qu’elle alterne airs funèbres (car tout le monde est triste que la fête soit finie) et joyeuses farandoles (car on se réjouit à l’idée de retrouver la fête l’année suivante).

Durant les moments festifs, les participants ont agité une branche de céleri, tout en paraissant tristes sous peine de sévères réprimandes de la part du clergé !

Durant le parcours, le cortège s’est arrêté aux différents “hôtels de la soif” dressés pour l’occasion par les cafetiers et sympathisants. Ainsi que sous les potales rencontrées, où le clergé invitait la foule à se mettre à genoux pour entonner l’Ave Maria.

Après trois heures de fanfare, danses, folklore, french cancan des pleureuses et arrêts-peket, Mathy a été incinéré symboliquement après un discours de Monsieur le curé. Quelques instants avant l’incinération, les participants ont été invités à déposer leur branche de céleri au pied du défunt. À l’année prochaine…

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be