Tour de Belgique - Les coureurs Mapei emmenés

Ils ont subi un contrôle antidopage

KNOKKE Les six coureurs de l'équipe italiennee Mapei-Quick Step participant au Tour de Belgique cycliste ont été emmenés par la police pour subir un contrôle antidopage, jeudi en fin d'après-midi, après avoir passé la ligne d'arrivée de la première étape.
Cette action policière fait suite à la découverte d'une ampoule suspecte, mercredi soir, dans le sac du coureur italien de la Mapei, Eddy Ratti.

Ratti a fait cette trouvaille alors qu'il était rentré à l'hôtel. Il aurait alors directement appelé le médecin de la formation italienne, Theo Lebon, qui, ayant constaté qu'il s'agissait d'une hormone de croissance et ne désirant pas être mêlé à une affaire de dopage, a détruit l'ampoule en question. Informé de l'affaire, le directeur sportif de l'équipe au cours de cette épreuve, Eric Vanderaerden a prévenu la police d'Ostende qui a prévenu le parquet de Bruges.

La totalité de l'équipe Mapei-Quick Step est restée éveillée jusqu'à trois heures du matin. L'enquête s'est donc poursuivie jeudi avec l'intervention policière à l'issue de l'arrivée à Knokke. Cette affaire intervient quelques jours après celle concernant l'Italien Stefano Garzelli, un autre coureur de la formation Mapei-Quick Step, exclu du Tour d'Italie, mardi soir, pour dopage.
Dans cette affaire la formation italienne avait crié au complot.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be