Football Leaks: comment Sarkozy et Michel Platini ont aidé le PSG à contrecarrer le fair-play financier

Les dernières révélations de Mediapart vont-elles plonger le PSG, Infantino et Michel Platini dans la tourmente?

Florian Holsbeek
Footballeaks: comment Infantino et Michel Platini ont aidé le PSG à contrecarrer le fair-play financier
©AFP

Les dernières révélations de Mediapart vont-elles plonger le PSG, Infantino et Michel Platini dans la tourmente?

Mediapart avait promis des révélations fortes à propos du PSG, ils ont tenu parole. Dans un dossier et des documents exclusifs, ils expliquent comment le PSG est passé entre les mailles du fair-play financier avec la bénédiction d'Infantino et de Platini.

L'histoire commence le 23 novembre 2010 à l’Élysée, neuf jours avant le vote pour l’attribution de la Coupe du monde 2022. Selon des enquêtes de So Foot et France Football, le président Nicolas Sarkozy a invité à déjeuner Tamim Al-Thani, alors prince du Qatar et actuel émir, le président de l’UEFA Michel Platini et Sébastien Bazin, représentant du fonds Colony, qui veut vendre le PSG, lourdement déficitaire. Sarkozy, grand supporter du PSG, aurait proposé le deal suivant au prince : rachetez le club et créez une chaîne sportive en France ; en échange, Michel Platini vous aidera à obtenir la Coupe du monde. Résultat des courses: le PSG a été racheté et le Qatar a eu sa Coupe du Monde.

L'émir arrive au PSG avec des ambitions sportives (et financières) et dépense sans compter: 1,3 milliards d'euros sont prévus pour acheter des joueurs et payer leurs salaires. Le problème est que c'est interdit par le fair-play financier. Peu importe, les stars arrivent au Parc des Princes, Zlatan Ibrahimovic en tête, et la masse salariale du club explose.

Le club remporte donc un titre de champion de France, et afin de passer entre les mailles du filet, signe deux mois plus tard, dans le plus grand secret, un contrat de "promotion de l’image du Qatar" avec la Qatar Tourism Authority (QTA), contrôlée par le gouvernement de l’émirat. Il prévoit que QTA verse 1,075 milliard d’euros sur cinq saisons au PSG, soit 215 millions annuels en moyenne : 100 millions la première saison, jusqu’à 250 millions ensuite (notre document).

Le montant du contrat est délirant. À l’époque, la totalité des revenus de sponsoring du PSG s’élevaient à 24 millions d’euros. En 2012, le Real Madrid, le Bayern Munich et le FC Barcelone vendaient leur tunique pour 30 millions. QTA paye six fois plus cher, sans obtenir aucune visibilité, ni sur le maillot ni au Parc des Princes. Le PSG doit seulement mentionner le Qatar dans sa communication et participer à un événement promotionnel une fois par an. Sa principale obligation est de "recruter des joueurs […] au plus haut niveau européen". Pour faire briller l’image de l’émirat, le PSG devra "jouer un rôle majeur en Ligue des champions", donc recruter des stars et dépenser, rien que pour leurs salaires, "110 % de ses revenus" actuels. 

Quelle suite sera donnée à ses révélations? On le saura dans les prochaines heures. Le PSG a déjà annoncé qu'il allait communiquer dans les plus brefs délais, prouvant que le club a respecté ses obligations financières.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be