Après le report, le CIO doit vite entériner les dates du rendez-vous olympique.

Annoncée dans le courant du mois d’avril, la délicate décision concernant les dates exactes des Jeux de Tokyo 2021 semble imminente.

Et, selon certains médias comme la chaîne de télévision japonaise NHK et le sérieux quotidien américain NY Times, la cérémonie d’ouverture aura lieu le vendredi 23 juillet. Après le report, le président du CIO, Thomas Bach, avait assuré que toutes les options étaient sur la table à propos des nouvelles dates, précisant “avant ou pendant l’été 2021”.

Il est vrai que la gouverneure de Tokyo, Yuriko Koike, avait évoqué la possibilité d’organiser les JO à une autre période que l’été, quand le climat dans la capitale japonaise est moins chaud. Mais cette option ne semble plus d’actualité. Quoi qu’il en soit, la nouvelle programmation est “un défi”, avait estimé Thomas Bach, compte tenu d’un calendrier sportif international déjà très chargé.

Créé par le Comité international olympique, un groupe de réflexion et de travail, baptisé “Here we go !” (“C’est parti !”), planche sur le problème en lien avec le Comité d’organisation japonais et les 33 Fédérations internationales présentes aux Jeux de Tokyo.

Trois raisons essentielles plaident en faveur de Jeux de Tokyo du 23 juillet au 8 août 2021.

1. Répondre au souhait des organisateurs japonais

Après les tergiversations du CIO sur le report de Tokyo 2020, finalement décidé par Shinzo Abe, Premier ministre nippon, l’instance olympique répondrait au souhait des organisateurs japonais, dont la majorité du Comité ad hoc plaide pour l’été, écartant ainsi l’option du printemps, un moment évoquée.

2. Respecter le délai raisonnable pour s’organiser

En programmant les Jeux au mois de juillet de l’année prochaine, le CIO se donnerait le temps afin d’organiser une procédure de qualification équitable pour les 43 % de sportifs n’ayant pas encore décroché leur sésame olympique, les 57 % déjà qualifiés pour 2020 l’étant toujours pour l’édition 2021.

3. Maintenir en grande partie le calendrier sportif

Le maintien des Jeux de Tokyo pendant la période estivale permettrait de ne pas bousculer le calendrier de sports importants (économiquement et médiatiquement) comme le football, le cyclisme et le tennis. Même si deux événements majeurs, à savoir les Mondiaux d’athlétisme (du 6 au 15 août, à Eugene) et de natation (du 16 juillet au 1er août, à Fukuoka), devraient tous deux être déplacés.

Pour le premier, Sebastian Coe, maître d’œuvre des Jeux de Londres et actuel président de World Athletics, a d’ores et déjà donné son accord (officieux).

Affaire à suivre et décision(s) très attendue(s)…