Elia a 18 ans et ne faisait pas partie d'un groupe à risques. Pourtant, elle fut l'une des premières victimes du coronavirus en Belgique et s'est retrouvée dans un état grave à l'hôpital de la Citadelle à Liège. Elle en ressortira finalement avec une jambe amputée. Elle a témoigné aurprès de nos confrères de la RTBF.

Tout a commencé au début du confinement, le 18 mars. "C’était le jour où les magasins devaient fermer à midi. Quand ma maman est rentrée à la maison, je me suis soudain sentie mal. Elle m’a tout de suite dit : on y va" Elia se rend alors à l'hôpital et sa situation va se dégrader très vite. Souffrant de symptômes atypiques du Covid-19, dont une importante défaillance cardiaque, la jeune femme est plongée dans un coma artificiel.

Finalement, Elia ne reprendra conscience que plus d'un mois plus tard, le 15 avril. "Quand je suis arrivée à l’hôpital, il n’y avait que 4 personnes touchées par le virus et quand je me suis réveillée, il y en avait 4 000", confie-t-elle. Mais ce réveil coïncide également pour la jeune femme avec la prise de conscience de la gravité des événements. Son pied droit a en effet dû être amputé, suite à un caillot de sang qui s'y était formé. Elia reste cependant positive: "Ce sont mes parents qui ont pris cette décision de m’amputer, parce que moi je dormais à ce moment-là. J’ai essayé d’en blaguer, j’ai dit à ma maman, le jour où elle a pu venir me voir : ce ne sont que des orteils, c’est pas beau de toute façon, des orteils".

Malheureusement pour Elia, cette première amputation ne suffit pas et vu que l'état de sa jambe se détériore, elle doit à présent être amputée jusqu'au tibia. C'est cette fois elle-même qui prend la délicate décision: "Je me suis dit qu’avec toutes les prothèses qui existent aujourd’hui je pourrai avoir une vie normale."

Malgré tous ces événements, la jeune femme s'estime "miraculée" et que ça "aurait pu être bien pire" et conserve une force de caractère incroyable. Elle envisage ainsi de reprendre aussi vite que possible le basket ("c'est impressionnant ce que j'arrive déjà à faire, même avec ma prothèse provisoire", assure-t-elle) et de retourner à l'école faire sa rétho. Pour l'aider dans sa revalidation, car tous les frais ne seront pas pris en charge par l'INAMI, ses amis se sont déjà mobilisés en lançant un crowdfunding via Internet.

À noter que face à la recrudescence actuelle du nombre des cas de coronavirus en Belgique, Elia veut faire passer ce message: "Je ne pensais vraiment pas qu’à 18 ans je ferais partie des premières victimes du Covid. Protégez-vous et protégez les autres parce que ça peut arriver à n’importe qui et avoir de lourdes conséquences sur nos vies."