La météo, c’est plus que des bulletins de prévisions et un concept qui annonce la pluie et le beau temps. Avec le printemps qui toque doucement à notre porte, ce sont les arbres, les fleurs et les plantes qui se réveillent peu à peu, mais aussi certains oiseaux qui reviennent après avoir passé l’hiver plus au sud.

Et puisque la météo influence ce phénomène, la douceur de la fin du mois de février et de la semaine passée accélère la migration des oiseaux. Cette année, l’IRM a d’ailleurs décidé de "prêter" ses radars météorologiques aux scientifiques pour observer et surveiller le retour des volatiles en Belgique. "Chaque année au printemps et en automne, des millions d’oiseaux migrent à travers notre pays. Ils le font principalement en haute altitude et la nuit, ce qui rend le phénomène largement invisible pour nous, explique l’IRM. Mais pas pour les radars météorologiques. Aujourd’hui, l’Institut royal météorologique et l’Institut de Recherche sur la Nature et les Forêts (INBO) du gouvernement flamand lancent une application web sur laquelle chacun peut visualiser cette migration en temps réel dans tout le Benelux (l’adresse : https://www.meteo.be/detectiondoiseaux, NdlR). Elle montre que la migration des oiseaux a commencé tôt cette année et cela est lié au temps exceptionnellement chaud de la seconde moitié du mois de février. Il s’agit d’une période précoce, car la migration printanière massive a généralement lieu au cours du mois de mars jusqu’à la mi-avril. Ce site offre une image unique de la migration des oiseaux à travers le Benelux, basée sur dix radars météorologiques situés en Belgique, aux Pays-Bas, en France et en Allemagne."