Récemment atteint par le coronavirus, Jean-Luc Reichmann va mieux, comme il l'a expliqué à Quotidien sur TMC. "C'était très compliqué, je confondais le jour et la nuit. Désormais, ça va, j'ai des anticorps, sourit l'animateur de 60 ans. Mais durant 15 jours, c'était violent."

Jean-Luc Reichmann affirme par ailleurs qu'il a contracté le virus par ses enfants. "Depuis le début du confinement, on a réalisé 400 émissions des 12 coups de midi et plus de 6 épisodes de Léo Mattei, et je pense que les gestes barrières marchent : deux mètres d'écart, le masque, on ne s'embrasse pas, affirme-t-il avant d'ajouter. Je n'ai plus embrassé mes enfants depuis un an, c'est comme ça. En revanche, ils m'ont ramené le virus de l'école."

L'invité de Yann Barthès aborde ensuite son amour pour les volatiles, son lien avec le public et ses débuts d'animateur, avant de revenir sur la série Léo Mattei (qui entame sa 8e saison), un programme dénonçant les violences faites aux enfants qui lui tient toujours autant à cœur. Jean-Luc Reichmann se dit fier de faire de la prévention. "Parfois, le lendemain de la diffusion, la brigade des mineurs nous contacte en nous disant qu'ils ont eu des appels, et ça nous fait plaisir. Même si ce sont des petits messages, on se sent utile."

En fin d'interview, Yann Barthès interpelle Jean-Luc Reichmann sur son timbre de voix. En effet, les téléspectateurs les plus attentifs l'ont probablement déjà remarqué, l'animateur n'a pas la même intonation lors des 12 coups de midi et lorsqu'il endosse le rôle de Léo Mattei. Et ce n'est pas du hasard, puisque selon lui, il doit ce changement à l'influence de sa petite sœur, Marie-Laure, atteinte de surdité profonde. "Je pense qu'elle m'a aidé à trouver le timbre juste, l'intonation juste, mais aussi le juste mot car elle lit sur les lèvres", a-t-il expliqué sur le plateau de Quotidien.