Depuis le 1er juillet, le complexe hôtel/brasserie situé à l’aérodrome de Saint-Hubert est à nouveau opérationnel, pour la plus grande joie des touristes et des habitants de la région. Une aubaine pour ce beau monde, en pleine saison de vols à voile.

On le sait, les discussions sur la rentabilité et l’attractivité du site font débat dans la commune depuis plusieurs années. L’an dernier, la commune a lancé un appel d’offres pour trouver un gestionnaire pour s’occuper de l’hôtel et du restaurant. Il n’a pas fallu aller loin pour trouver quelqu’un. "Wim, mon papa, gère déjà l’hôtel "2G" situé dans le centre-ville. C’est avec lui, deux cuistots et quelques étudiants le week-end que nous accueillons les visiteurs", explique sa fille, Glenne.

Programmé initialement en mai, l’ouverture des lieux a été retardée de deux mois en raison du covid. Un léger retard qui a fait (un peu) tremblé les gérants. "On était dans l’expectative avec des décisions ministérielles qui changeaient trop fréquemment. Allait-on devoir postposer davantage l’ouverture ? J’avoue avoir un peu eu peur, mais finalement, ça s’est plutôt bien agencé", poursuit-elle.

Ancienne hôtesse de l’air, Glenne s’est lancée dans cette ouverture en connaissant parfaitement la situation, bien conseillée par son paternel. L’établissement compte ainsi 32 tables et une vingtaine de chambres, sans oublier une vaste terrasse où la vue sur les pistes sont imprenables. "On ne se plaint pas, car le début est bon. Il est même meilleur que les prévisions. Le taux de remplissage est excellent, même en semaine. Nous avons énormément de touristes néerlandophones (Flandre ou Pays-Bas), des Français aussi, mais pas mal de personnes habitant dans la région viennent aussi se restaurer. C’est chouette et plutôt rassurant. En effet, on nous avait avertis qu’après le mois d’août, les réservations allaient chuter. Surprise, car ce n’est pas le cas. On est donc confiants et optimistes pour la suite", conclut-elle. L’endroit reste ouvert en semaine et le week-end, jusqu’à la période hivernale où il ne devrait ouvrir que les samedis et dimanches.