MotoGP du Portugal: le Français Johann Zarco en pole position

Le Français s’élancera en tête. Bagnaia, victime d’une lourde chute, est dernier.

Philippe Jacquemotte
MotoGP du Portugal: le Français Johann Zarco en pole position
©AFP

Depuis le début du week-end c’est le casse-tête météo à Portimão. Piste mouillée, séchante, pluie subite, pas facile pour les teams et les pilotes de trouver les bons réglages. Par conséquent, depuis vendredi, il fallait avoir un peu de courage, de chance, du calme, et surtout sortir au bon moment pour faire les chronos nécessaires pour se hisser directement en Q2. Johann Zarco y est parfaitement parvenu, à l’inverse d’autres gros bras de chez Ducati, notamment Jorge Martin, Enea Bastianini qui est tombé et qui s’est retrouvé à la clinique mobile pour examiner son poignet et surtout Pecco Bagnaia, victime lui aussi d’une lourde chute, et qui a été emmené à l’hôpital pour faire examiner son épaule. Pas de fracture, mais une participation incertaine.

"C'était très nerveux en Q1", explique le poleman du jour. "On voyait que tout le monde hésitait entre les pneus pluie et les slicks, slicks qui n'ont payé qu'en fin de séance."

Et de fait, la séance qualificative opposant les douze plus rapides s'est disputée dans des conditions séchantes. Zarco a utilisé toute son expérience pour la mener à bien. "J'ai choisi de rester en piste pendant les quinze minutes, sans rentrer, avec les mêmes pneus, confie le Cannois. Cela m'a permis de prendre confiance avec la piste, d'augmenter le rythme progressivement, et ça a bien fonctionné pour moi dans le dernier tour."

Le pilote Pramac a même eu un petit brin de chance avec un drapeau jaune dans les dernières minutes qui a annulé les chronos de Quartararo et Marc Marquez qui réalisaient leur meilleur tour.

Zarco s’élancera devant Joan Mir et Aleix Espargaro, la deuxième ligne est composée de Miller, Quartararo et Bezzechi. La troisième d’Alex Marquez et Luca Marini, les deux rescapés de la Q1, et Marc Marquez. Un Marc Marquez qui est encore une fois tombé sur la tête, mais sans conséquence pour sa vision. Pour le champion du monde cette 5e position est positive, elle démontre qu’il a pris confiance sur une piste mouillée. Le pilote Yamaha admet qu’il aurait dû sortir un poil plus tôt pour assurer, sans le drapeau jaune il aurait été devant Jack Miller. L’Australien encore battu par un pilote satellite et qui semble résigné à quitté l’Italie. Il négocie avec le team Honda LCR pour le guidon d’Alex Marquez.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be