Bastianini triple la mise: "Je devais rester calme"

L’Italien a remporté le GP de France devant Miller et Espargaro en poussant Bagnaia à la faute.

Philippe Jacquemotte
775809053
©AFP
Dans le paddock on l’appelle Bestia, la bête, et l’avant de son casque arbore une grande bouche, agressive, vorace. Un surnom et des peintures qui symbolisent bien Enea Bastianini, le grand vainqueur du Grand Prix de France, sa troisième victoire cette saison,...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité